Lundi 5 juillet 1 05 /07 /Juil 12:59

Le Maître a inventé un nouveau jeu.

La semaine dernière, jeudi, il est rentré comme d'habitude vers 19h00.

Je l'attendais, comme chaque fois, nu, à genoux, douché, rasé, lavement effectué.

Je l'ai salué en sniffant, lèchant l'emplacement de son sexe.

J'espérais qu'il m'enlèverait la cage a bite que je portais depuis son départ, le matin. Il me l'a laissée en place.

 

Je lui ai servi un whisky, avant d'aller préparer le repas.

"Ce soir, tu n'auras rien à manger. Je trouve que tu as tendance à grossir".

 

J'avais prévu des filets de sole et du riz. Après avoir mis la table, pour lui seul, j'ai été le servir.

Pendant qu'il mangeait, je me tenais à genoux, à côté de lui.

 

Après le repas, j'ai débarrassé la table, fait la vaisselle.

Le Maître s'était mis à l'aise. Il n'avait conservé que son slip et s'était allongé sur le canapé, en ayant mis un DVD.

 

J'ai été m'agenouiller à ses pieds et ai commencé à les lui lècher.

 

"Tu peux sniffer mon slob et le lècher, mais ce soir tu n'as pas droit à ma teub. Compris bâtard ?"

"Oui Maître"

 

A la fin du film, il devait être 23h00.

 

"Prépare toi, PD. J'ai des projets pour ce soir. Enfile un jean et un  tshirt, nu dessous.Prends du popps".

 

Je me suis habillé comme indiqué, la cage à bite toujours en place.

 

Quand je suis revenu, il s'était rhabillé lui aussi.

 

Nous avons pris la voiture. J'ai été autorisé à m'asseoir à côté de lui.

 

Le Maître a pris l'autoroute, en direction de Rennes.

 

Dans la voiture, il avait mis un CD. Nous n'avons rien dit durant tout le trajet.

 

A Rennes, il a pris la direction de la gare et s'est garé à proximité.

 

"Prends le popps et sniffe"

J'ai obéi. Je ne savais pas ce qu'il avait en tête, mais de toute manière c'est lui qui déciderait.

 

Près de la gare, dans un coin il y avait 3 sdf qui pionçaient, par terre.

 

"Tu vois les mecs, là bas ? tu vas aller les sucer"

"Mais Maître, ils dorment. Et je ne sais pas s'ils auront envie"

"A toi de faire en sorte. Commence par celui qui est sur le dos. En plus, il est pas mal"

 

Je m'approchais du mec. Il devait avoir dans les 30 ans. Pas mal effectivement, mais avec un jean degueu, pas rasé (et sans doute je pensais pas lavé depuis un bail). Il était couché sur un sac de couchage pourrave, jambes écartées.

 

Je me suis agenouillé entre ses jambes et j'ai commencé à lui lécher la braguette.

Il a gémi, s'est à moitié retourné, puis révéillé.

 

"Hé, qu'esse tu fous. Je suis pas pédé".

"Y a pas besoin d'être pd pour se vider les couilles. Ca fait combien de temps que t' as pas joui ?"

 

Pendant ce temps, le Maître s'était rapproché.

"C'est ma pute, elle est là pour te sucer. T'inquiète pas, c'est seulement ta queue qu'il veut. Tiens"

Et de lui filer un bifton de 10 €.

 

Le mec a pris le bifton. "OK, mais je me fais pas mettre et je suce pas".

 

Je lui ai ouvert le jean. Il portait un slibard à poche, jaune de pisse. Ca puait un max !!!

Je deteste les odeurs, sauf celles du Maître. Mais je savais que le Maître ça l'excitait grave de m'obliger à m'avilir de la sorte. Je me suis obligé à le sniffer, lui lècher le slob. C'était degueu.

Puis j'ai sorti sa teub. Il bandait. Elle était bien raide, mais bien odorante également, avec un gland fromageux.

 

"Commence par le décrasser"

 

J'ai obéi.

 

La queue et les couilles du mec étaient à l'image de son slob, puants un max. J'ai maîtrisé mon dégoût pour le lécher; Il n'était peut être pas pédé, mais sous la caresses de ma langue, il a vite commencé à bander. Après l'avoir décrassé bien à fond, je lui ai décalotté le gland, pour le lui nettoyer. Il était particulièrement fromageux.

 

"Suce maintenant. Par contre, toi, tu lui jouis pas dans la gueule, OK ? Ca te fera un bifton de plus".

 

Je l'ai pris en bouche. Sa bite était tendue à l'extrême. Il gémissait de plaisir.

Après quelques minutes, il s'est retiré.

"Putain, je vais cracher"

"Jute lui sur le torse, vas y, vide toi de ton foutre".

 

Je me suis mis en arrière. Il a giclé un max. mon tshirt était trempé de foutre.

 

"Tiens, un deuxième bifton".

 

Pendant que je suçais le premier SDF, les 2 autres s'étaient réveillés et mataient, la teub à la main.

 

"On peut nous aussi ?"

"Evidemment, il est là pour ça. Mais pas dans sa gueule".

 

J'ai été m'agenouiller devant le plus âgé. Il devait avoir dans les 45 ans. Question hygiène, c'était le même style.

Sa queue était plus courte, mais plus grosse.

Après un décrassage approfondi, je l'ai pris en bouche à son tour.

Très vite, il s'est lui aussi vidé sur mon tshirt.

 

Le 3è avait déjà baissé son slob. Il avait lui aussi dans les 45 ans.

"Il nettoie aussi le cul"

"S'il vous plait, Maître, non"

 

"Evidemment, qu'il décrasse le cul. Et applique toi, bâtard"

 

Je n'avais pas le choix. le Maître avait ordonné.

J'ai commencé par lui lécher les fesses, puis le trou, espérant que je pourrais m'en tenir là.

"Bouffe lui le cul mieux que ça"

 

Son cul était dégueu. J'ai failli gerber. Mais je devais m'exécuter.

 

Quand le Maître m'a ordonné de lui décrasser le zob, ça a été un soulagement;

 

Après un nettoyage approfondi, je l'ai pris en bouche.

Lui aussi s'est vidé sur mon tshirt

 

Après avoir vidé les couilles des 3 sdf (et que le Maître leur ait filé à chacun les 20 € promis), on est parti.

 

Pour le retour, vu l'odeur que je dégageais et mon tshirt trempé de sperme, le Maître m'a mis dans le coffre.

 

En rentrant, il m'a envoyé me doucher, avant de me punir au fouet.

 

Je n'ai pas eu droit à sa queue : il s'est branlé devant moi, m'autorisant simplement à lécher sa semence sur le sol.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par L'esclave - Publié dans : Jeux divers - Communauté : Maitres et esclaves gay
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Derniers Commentaires

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés